Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 mai 2010

Les vieux crocodiles

Ah les vieux crocodiles. Nous en connaissons tous, car ils sont partout. En politique bien sur, mais aussi dans les affaires, dans l’associatif, dans le bénévolat. Partout. Ces crocodiles s’accrochent, tel l’animal, à ce qui représente à leurs yeux un pouvoir, qui dans certains cas, n’est qu’un pseudo-pouvoir.

 

Cet attrait vers ce pouvoir pourrait être imagé par la célèbre scène du Seigneur des anneaux, représentant Gollum avec l’anneau le regardant en disant, les yeux ronds « Il est à moi, le précieux. C’est mon précieux »…

 

Ce pouvoir, ou ce semblant de pouvoir, est jalousement gardé par les crocodiles. Et gares à celui qui se placerait entre le précieux et le crocodile. Il pourrait s’attirer les foudres de l’animal, qui n’a d’autres choses que de guetter cet intrus s’interposer, tel l’animal laissant seulement dépasser ses yeux des eaux troubles. Ces dents acérées n’en feraient qu’une bouchée !

 

Mais attention ! Il serait mauvais que de classer tous les crocodiles dans une seule et même catégorie. En effet, il en va de même que pour les torchons et les serviettes. Tous les crocodiles ne vont pas dans le même panier.

 

Il y a les bons crocodiles. Des crocodiles qui ont construits des choses et se sont eux-mêmes construits à travers le travail. Leur vie durant ils n’ont cessé d’apprendre. Il apparaît donc normal qu’ils veuillent toujours avoir un œil ouvert sur les affaires, sur leurs affaires. Leur vision est une vision à long terme, croient en l’avenir et apprennent continuellement en se confrontant aux autres générations, sans lesquelles, ils en sont pleinement conscients, leur entreprise serait vouée à l’échec. Ils sont ouverts au dialogue car savent qu’il faut, pour réussir, compter avec plus jeunes qu’eux. Avec le temps, ces crocodiles passeront le relais aux plus jeunes en ayant le sentiment du devoir accomplis.

 

A côté de ces bons crocodiles, il y a les autres. On ne les appellera pas les mauvais car au fond d’eux il y a du bon – certes en quantité infime – mais on préfèrera le terme de moins bons, soyons sympa !  Eux, personne ou très peu savent exactement comment ils sont arrivés là – signe qu’ils sont là depuis un temps non négligeable – et il est donc inutile de chercher leur nom dans la rubrique « Notre histoire » du site  Internet. Ils font parti du mobilier, style Louis XVI. Avec ce crocodile, n’essayez pas de vous approcher – de près comme de loin – du précieux. Vous risqueriez d’y laisser votre peau ! Voire plus. Ces crocodiles se sentent supérieur aux autres – alors que rien ne le leur permet sans la moindre connaissance de leur passé –, sont tournés sur l’instant présent et leur vision est courtermiste. Cette vision ne dépasse guère le bout de leur nez, ce dernier habillé d’une paire de lunettes d’une autre époque avec branches façon croco. Peu importe ce que deviendra l’entreprise demain, l’essentiel est le présent… où le prochain mandat !

 

Aussi, l’heure où l’on parle énormément de la retraite, de l’âge légal, et qu’une loi est en préparation, ne pourrait-on pas penser à y inclure un paragraphe spécifique pour ces vieux crocodiles afin qu’ils puissent profiter pleinement de leur retraite et laisser la place à d’autres ?

01:11 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : retraite, politique, crcocodiles | |  Facebook

19 mai 2010

Les français et leurs services publics locaux.

Le Monde.fr en date du 18 mai publie les résultats d'une enquête forte intéressante concernant les français et leurs services publics locaux. A l'heure où il est à la mode de dire que les élus locaux coûtent trop chers, cette enquête à le mérite de démontrer l'attachement de nos concitoyens à leurs services locaux, attachement qu'ils souhaiteraient encore plus fort. En effet, les cotoyens attendent toujours plus de leurs services locaux. Ce qu'ils semblent oublier c'est que l'on ne peut pas dire d'un côté les élus locaux nous coûtent chers par leurs dépenses et de l'autre on en veut toujours plus...

A méditer donc.

14:00 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : services publics, local, collectivité, enquête | |  Facebook

13 février 2010

Pour la réforme du CESE !

Dans un article précédent publié le mois dernier intitulé La troisième assemblée, je vous faisais partager mes avis et opinions concernant le CESE (Conseil Economique, Social et Environnemental) ainsi que sur la prochaine réforme le visant.

 

Cette réforme est décriée et qualifiée d’inacceptable notamment par certains représentants du monde patronal, MEDEF en tête. En effet, la prochaine réforme vise notamment à diminuer le nombre de représentants désignés par le monde patronal – mais également d’autres groupes ! – au profit de la création d’un nouveau groupe de travail sur l’environnement.

 

Sincèrement, je crois au contraire cette réforme juste et nécessaire.

 

Une réforme juste.

Comme je le précisais dans l’article de janvier, la composition actuelle du CESE n’est pas représentatif de ce qu’elle devrait être. Rappelons que l’objectif du CESE est de représenter les différents corps intermédiaires de la nation.

Avant la réforme, le monde agricole était composé de 25 membres, ce qui représentait plus de 10% des membres. Son nombre sera ramené à 20. C’est à mon sens tout à fait logique que le nombre de représentants diminue. Aujourd’hui, la France compte 1,5% d’agriculteurs. Si nous voulons que le CESE reflète la réalité économique des changements de ce type s’imposent. Je pense même qu’avec 20 représentants, l’agriculture est surreprésentée au CESE.

 

Une réforme nécessaire.

La réforme vise également à ce qu’un nouveau groupe se forme, l’environnement, groupe qui sera constitué de quelques 33 conseillers. Ce groupe de travail est primordial ! On peut d’ailleurs regretter que ce ne soit qu’aujourd’hui que soit constitué ce groupe.

L’environnement prend, et prendra encore plus dans les années à venir, une place de plus en plus importante. Que ce soit dans nos habitudes de consommation, sur notre lieu de travail ou dans notre vie de tous les jours, l’environnement est présent.

 

C’est pour ces raisons que je soutiens la décision qui a été prise de réformer le CESE pour que le CESE devienne une réelle assemblée qui puisse représenter le vrai visage de la France.

19:32 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cese, reforme, medef, france, agriculture, assemblée | |  Facebook