Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 août 2009

Le MoDem, futur courant du PS ?

C’est un moment fort attendu dans chaque courant et parti politique que celui auquel nous allons assister dans les jours et semaines qui suivent. Je veux parler des universités d’été. Les universités d’été, ces rencontres rassemblant les militants et dirigeants, et où l’on fait de la politique au soleil en Ray-Ban, jean et chemisette en lin.

 

Ces universités d’été ont pour certains courants ou partis déjà eu lieu. Certaines ont d’ailleurs eu un vif écho dans la presse. Notamment celles du courant de l’eurodéputé Vincent Peillon, Espoir à gauche, auquel participait une brochette de représentants politiques couvrant une large surface de l’échiquier politique: Vincent Peillon, Marielle de Sarnez, Robert Hue, Daniel Cohn-Bendit, Christiane Taubira…

Tout ce petit monde bras dessus-bras dessous, pour cette fameuse photo reprise par l’ensemble des médias français avec en commentaire cette citation de Marielle de Sarnez – qui lui a valut une standing ovation de la part des 1500 personnes présentes – « Ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous oppose ».

 

 

Incarner la 3ème voie

Revenons deux ans en arrière. Juin 2007. Au lendemain du premier tour, François Bayrou créé le Mouvement Démocrate, censé, après ses 18,57% obtenus, incarner une 3ème voie face aux deux poids lourds que sont – ou qu’étaient ? – l’UMP et le PS. Objectif affiché: créer un Centre fort et indépendant qui ne soit plus seulement un appui à l’UMP.

Le principe de base était simple et se voulait rassembleur : dire « oui » quand les décisions prises par le gouvernement allaient dans le bon sens, et « non » dans le sens inverse. C’était, à mon sens, une bonne stratégie. Cependant, cette stratégie s’est transformée au fur et à mesure en TSS. Non pas « Tout Sauf Ségolène », mais « Tout Sauf Sarkozy ».

 

 

Deux ans après…

Aujourd’hui qu’en est-il ? Deux ans après sa création, malgré une forte mobilisation de ses sympathisants et adhérents à chacun des scrutins, le MoDem n’a pas eu les succès qu’il escomptait. Cela est-il dû à la stratégie du parti ? A ceux qui le dirigent ? Aux événements imprévus ? A mon sens un peu de tout. Je laisse le soin à chacun de se faire sa propre opinion là-dessus…

Dans une interview de Jean-Luc Benahmias, vice président du MoDem au journal Le Figaro datant du 24 août, le quotidien titrait Primaire à gauche : le MoDem n'est «pas indifférent». Le MoDem ou ses dirigeants ? Les adhérents ont-ils été consultés ? Le bureau lui-même l’a-t-il été ? Visiblement pas puisque dans une dépêche de l’AFP en date du 24 août, Corinne Lepage, vice présidente du MoDem dit « Je ne suis pas contre la position exprimée par Marielle de Sarnez. Mais c'est un engagement extrêmement fort qui aurait mérité d'être discuté préalablement en interne ».

En ce qui concerne le PS, il n’a pas de ligne claire concernant l’attitude à avoir face au MoDem, comme le rappelait Benoît Hamon lors de la Fête de la rose organisée le week-end dernier par Arnaud Montebourg dans sa circonscription.

Le lendemain, c’est le président du MoDem en personne qui, dans une interview au même quotidien, annonce « qu’il faut en finir avec les oppositions éclatées » , « construire une alternative au pouvoir en place ». Autrement dit, allons-nous revenir à une confrontation bloc contre bloc, l’UMP contre le PS-MODEM ? Le MoDem se dissoudrait-il dans le PS afin d’y devenir un énième courant – ce qui diminuerait fortement sa visibilité politique et médiatique ?

Une question subsiste : qu'en est-il alors de cette 3ème voie annoncée en 2007 ?

 

 

…qu’en est-il du Centre ?

Le Centre sera donc une fois de plus divisé. Les Centristes sont considérés comme divers droite sans appartenir à un parti, également au sein de la majorité gouvernementale avec le Nouveau Centre et le Parti Radical, au PS avec le courant MoDem, et ceux ayant rejoints l’Alliance Centriste de Jean Arthuis, dont la vocation vise à « promouvoir l'unification des formations centristes ».

C'est peut-être de là que renaîtra un Centre fort. Ce qu'il faut pour réussir, c'est que ces Centristes de tous bords aient le courage de se mettre ensemble, sous la même bannière, en pensant au futur et non pas à l'instant présent en ayant une vision à long terme et non pas une vision de mandature.

 

 

28 juin 2009

Un nouveau-né : l’Alliance Centriste.

Un nouveau parti est né cette semaine, je veux parler de l’Alliance Centriste dont le président est Jean Arthuis, sénateur de la Mayenne. Ce n’est pas une grande nouvelle puisque déjà, le parti de Jean Arthuis avait créé un mouvement (Rassembler les centristes) ainsi que plusieurs associations locales, toutes dénommées « Rassembler les centristes ».

Certains voient dans cette création un « énième » parti du centre, après le Nouveau Centre et le MoDem. D’autres y voient un moyen pour torpiller le MoDem sous couvert de l’Elysée.

Je vais donc tenter d’apporter des réponses à ces deux questions puis donner mon point de vue personnel. Tout le monde ne sera pas d’accord avec moi et c’est tant mieux. C’est juste l’analyse d’un jeune de 25 ans qui vit à 6 000Km de la métropole…

Un énième parti du Centre ?

L’Alliance Centriste n’est pas un parti mais plus une confédération qui se veut rassembleur des forces du centre. Aussi l’Alliance Centriste autorise qu’un sympathisant MoDem (ou d’un autre parti) y adhère sans pour autant le quitter.

Ce point est à mon sens important, puisque ce n’est pas le cas pour le MoDem. D’ailleurs l’article 1er des statuts adoptés samedi 27 juin, précise que sa durée est conditionnée par sa vocation à promouvoir l'unification des formations centristes.

Un moyen pour torpiller le MoDem depuis l’Elysée ?

On le sait, depuis quelques temps ce n’est pas la joie au MoDem. Résultat décevant lors des européennes, entrée du trésorier du MoDem, Michel Mercier, au gouvernement, lettre ouverte des promoteurs (sur laquelle François Bayrou ne sait toujours pas exprimé)… Bref, c’est un peu le bazar !

Je ne crois pas que l’initiative de Jean Arthuis soit un moyen de couler le MoDem. On le sait il n’a jamais réellement cru à la stratégie François Bayrou. Il ne l’a jamais caché. C’est son choix et il doit être respecté. Son initiative est de rassembler les centristes de tous bords (MoDem, Nouveau Centre…). Pas de couler le MoDem. Je ne crois donc pas que cette création soit de nuire au MoDem, mais il risque certainement d’y avoir un glissement du MoDem vers l’Alliance Centriste. Cela est à mon sens fort probable.

Mon avis personnel

Le problème du MoDem, nous le connaissons tous. Une base de militants et adhérents importe, un seul chef entouré de quelques conseillers (certains diront « mal » entouré). Une structure pyramidale. Très peu d’élus entre cette base et ce chef. Très peu d’élus pour encadre ces militants plein d’espoir et d’envie, je n’en doute pas. Cela pose le problème suivant : lorsque l’on dit « MoDem » on pense tout de suite « Bayrou ». A part lui, qui incarne le MoDem ? Très peu de personnes connues du grand public.

Le MoDem a été construit autour de Bayrou lui-même. Et lorsqu’un média souhaite quelqu’un du MoDem pour une interview on pense… Bayrou. La faute au parti. Mais également aux médias qui ne cherchent pas plus loin… Pourtant d’autres personnes seraient plus à même de répondre sur certains sujets que François Bayrou lui-même.

Une forte base de militants sans élus (ou très peu !). C’est bien là le problème du MoDem. Et les différents scrutins auxquels le MoDem a participé n’ont pas réussi à combler ce manque d’élus. Je pense qu’il est difficile pour un parti de vivre sans élus. Les élus, notamment locaux, sont importants. C’est eux qui sont le lien entre la base et le haut de la pyramide. L’Alliance Centriste en rassemblant les centristes peut aider le MoDem.

Il est encore trop tôt pour le dire mais je pense que si l’Alliance centriste vit et réussit à faire du Centre une famille indépendante, je pense que certains élus du Nouveau Centre se reconnaîtront plus dans l’Alliance Centriste que dans l’UMP. Ce sera à ce moment là la naissance d’un Centre indépendant et fort.

23:21 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : alliance centriste, modem, nouveau centre, centre | |  Facebook

22 juin 2009

Droit dans ses chaussettes !

Tel pourrait être la qualification de Jean-Paul Alduy. Le sénateur-maire de Perpignan dont l’élection avait été annulée suite à une fraude mettant en cause des chaussettes bourrées de bulletin de vote du candidat UMP lors des municipales de mars 2008.

Jean-Paul Alduy est arrivé en tête du premier tour des élections avec près de 41% des voix devant la liste de gauche, qui a obtenu aux alentours de 25%. On peut donc s’attendre à sa réélection (sans fraude ?) dimanche prochain comme premier magistrat de Perpignan.

Cette élection partielle me fait réagir. Je me pose la question suivante : A quoi bon cette annulation ?

L’élection du candidat Alduy avait été annulée par le Conseil d’Etat en raison de fraude. Cette annulation ne l’a pas empêchée de se-représenter un an plus tard devant les électeurs de Perpignan. Il est donc légitime de se demander à quoi à servit cette annulation si elle n’est pas suivie d’une inéligibilité pour une période donnée…

Cette question pourrait en amener une autre : celle concernant la posture adoptée par le parti qui l’a soutenu durant cette campagne, puisque malgré l’antécédent, cela ne l’a pas gêné pour lui redonner l’investiture…

18:27 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : perpignan, élections, municipales, fraude, annulation | |  Facebook