http://www.wikio.fr Le Blog de Jérôme Laurent

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 février 2015

Assemblée générale du CJCS : continuer sur la même dynamique !

Vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse du mardi 10 février dernier suite à l’assemblée générale du Club des Jeunes Cadres en Sûreté (CJCS).

 Assemblée générale du CJCS : continuer sur la même dynamique !

Lundi 9 février 2015 se tenait l’assemblée générale du Club des Jeunes Cadres en Sûreté (CJCS), créé depuis 4 ans. L’association, qui réunit plus de 80 membres d’horizons différents et travaillant aussi bien dans le secteur public que privé, voit en ce début d’année 2015 quelques changements. En effet, Jérémy Marti, actuel président et membre fondateur est appelé à de nouvelles responsabilités professionnelles à l’étranger. Il rejoint à partir de mars 2015, la Chambre de Commerce Française en Chine et sera basé à Pékin, en tant que Business Développement Manager. Il profite de cette occasion pour remercier tous les membres pour leur dévouement ainsi que l'ensemble des partenaires de l'association pour leur soutien et encouragements durant ces années.

En terme opérationnel, l'année 2014, a été une excellente année pour le CJCS avec de nombreux événements de taille : en mars, un dîner-débat autour de Patrick Haas (Rédacteur en chef – En toute sécurité) pour un "Retour objectifs sur l'évolution du marché de la sûreté des 15 dernières années", en juin, une conférence-cocktail en présence de Michel Mathieu (Président – SECURITAS France), Jean-Luc Planchet (Responsable défense & sécurité – RATP) et Bertrand Masselin (Directeur sécurité & sûreté – Defacto)sur le thème de "L’apport des nouvelles technologies dans la réorganisation des prestations de sûreté" réunissant plus de 90 personnes, en octobre, petit déjeuner- débat autour de Christophe Aubertin (Maître de conférences – Université Paris-Descartes) et Pierre Brajeux (Président – USP Formation) sur le thème "Sûreté-sécurité, des formations indispensables pour continuer à structurer la profession".

Pour l'année 2015, les objectifs du CJCS, dont le bureau est constitué autour de Jérôme Laurent, jusqu’à présent trésorier, demeurent inchangés : il faut maintenir ce qui a été acquis tout en continuant à se développer sans cesse pour intéresser les membres et accroître la visibilité. Le principe des groupes de travail, particulièrement appréciés des membres se sont révélés être efficaces. Ils seront maintenus et de nouveaux sujets seront proposés auprès des membres dans les prochaines semaines.

Les membres du bureau élus pour l’année 2015 sont :

        Président d'honneur : Pierre-Antoine Mailfrait (USP)

-      Président : Jérôme Laurent (ONET Sécurité)

-      Vice-président : Jonathan Schifano (AFPA)

-      Secrétaire général : Naoufal El Ouali (Axone)

-      Secrétaire général adjointe : Charlotte Frévent (Sodexo)

-      Trésorier : Pol Marrec (SECTRANS-CP Conseils)

-      Trésorier adjoint : Guillaume Rivière (ONET Sécurité)

-      Membres du conseil d'administration : Jérémy Marti (SECTRANS-CP Conseils), Marie Janiszewski (SAMSIC), Rudolph Teyssot (AFPA)

-   Membres d'honneurs: Daniel Warfman (Trigion), Francis Serrano (Securitas Technologie), Jean-Michel Laziou (SECTRANS-CP Conseils), Anne Quentier (SCP Quentier Pouget)

17:51 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sécurité, jeunesse, assemblée génrale | |  Facebook

06 décembre 2014

Diminution du taux de la taxe CNAPS : le mauvais signal envoyé au secteur.

Dans sa newsletter en date du 28 novembre dernier, le Blog de la sécurité privée (www.83-629.fr) nous alertait sur la probable diminution du taux de la taxe CNAPS à compter du 1er janvier prochain. Pour rappel, cette taxe dont le montant, payé par l’entreprise utilisatrice de prestations de sécurité privée est de deux taux : 0,50% lorsque les prestations de sécurité privée sont externalisées et 0,70% lorsque les prestations sont réalisées par un service interne de sécurité.

 

L’article 12 du projet de loi de finances rectificative mentionne une diminution de la taxe en deux étapes (2015 et 2016), qui se réalisera de la façon suivante : à compter du 1er janvier 2015, le taux sera de « 0,45% » pour les entreprises de sécurité privée (taxe sur le chiffre d'affaires), et de « 0,65 % » pour les services internes (taxes sur le montant des salaires). À compter du 1er janvier 2016, ces taux sont respectivement remplacés par les taux : « 0,4% » et « 0,6% ».

 

Une taxe essentielle.

La taxe CNAPS, mise en place depuis le 1er janvier 2012, est une taxe essentielle du secteur et qui a tout son intérêt quant à l’assainissement de celui-ci tant les dérives ont été nombreuses ces dernières années. Le CNAPS est l’organisme chargé de réguler le secteur et ses résultats sur le terrain font leurs preuves : en 2013, qui était la première année pleine de l'organisme, plus de 10 800 manquements ont été relevés, 6 800 agents de sécurité et 1 488 entreprises de sécurité ont été contrôlés.

Dès lors, comme le font remarquer les députés Eva Sas et Eric Alauzet (EELV) dans l’amendement déposé « La baisse du taux de cette contribution conduira à une diminution des moyens du Conseil national des activités privées de sécurité (CNAPS) qui est chargé de la police administrative, de la discipline et du conseil et de l'assistance aux personnes exerçant les activités privées de sécurité. La diminution de ces moyens mettra donc en péril la régulation et le contrôle de ces activités ».

Depuis la mise en place de cette taxe, j’ai pu ressentir lors des divers dossiers sur lesquels j’ai travaillé l'acceptation de cette taxe de la part des donneurs d’ordres, ces derniers étant plus réceptifs aux risques encourus dans le cadre de la mise en place de prestations de sécurité privée non conformes avec la législation.

Cette baisse, si elle était confirmée serait à mon sens, un signal dangereux envoyé au secteur qui pourrait nous faire penser que le secteur étant assaini, nous pouvons baisser la garde. C’est tout le contraire et il faudrait ne pas être sérieux pour pouvoir assainir un secteur qui compte près de 9 000 entreprises et 160 000 salariés en si peu de temps !

Si le secteur s’assainit, rien n’est encore gagné et ce n’est pas le moment de baisser la garde : il faut maintenir la vigilance sur les prestations, renforcer les contrôles terrain et continuer la pédagogie auprès des donneurs d’ordres.

09 novembre 2014

Prenons nos responsabilités !

J’ai été très étonné cette semaine d’apprendre par les médias que les pilotes grévistes d’Air France demandaient le paiement de leurs jours de grève, grève qui – s’il est nécessaire de le rappeler ! – a fait perdre près de 330 millions à la compagnie et paralyser en partie les déplacements de bon nombre de concitoyens. Et j’’imagine ne pas avoir été le seul à éprouver ce sentiment d’étonnement lié à ce qui n’est autre, qu’un fait divers.

Je ne vais pas revenir sur le fait de savoir si les pilotes d’Air France, considéré comme les enfants gâtés de l’entreprise, sont dans leur droit ou non, mais plutôt sur le sens des responsabilités de chacune et chacun d’entre nous

Les pilotes ont le droit de grève et bien que cela soit handicapant pour les usagers de la compagnie, tout à fait le droit de l’appliquer, comme d’ailleurs tout un chacun. Mais le droit d’être gréviste ne doit pas se transformer en droit d’irresponsabilité.

En effet, j’ai dû mal à imaginer que les pilotes grévistes pensaient, la veille de leur grève, durant leur grève et à l’issue de cette grève, percevoir le même salaire que sur un mois que je qualifierai de pleinement travaillé. Cela est à mon sens complètement irréel et irresponsable !

Cette anecdote liée à ce fait divers m’amène réellement à me demander si certains de nos concitoyens sont responsables dans leurs actes et si réellement ils prennent leurs responsabilités. J’en doute énormément et cette histoire me conforte, malheureusement, dans ce choix. La prise de responsabilités, collective et individuelle est néanmoins nécessaire quant à la situation actuelle de notre pays. Ce type de comportement, au sein d’une entreprise française de premier plan donne une image fort appréciable, tant en France qu’à l’étranger.

Tout cela est bien dommage, car c’est en étant responsable et en prenant nos responsabilités que, collectivement, nous nous en sortirons...