http://www.wikio.fr Le Blog de Jérôme Laurent

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 décembre 2014

Diminution du taux de la taxe CNAPS : le mauvais signal envoyé au secteur.

Dans sa newsletter en date du 28 novembre dernier, le Blog de la sécurité privée (www.83-629.fr) nous alertait sur la probable diminution du taux de la taxe CNAPS à compter du 1er janvier prochain. Pour rappel, cette taxe dont le montant, payé par l’entreprise utilisatrice de prestations de sécurité privée est de deux taux : 0,50% lorsque les prestations de sécurité privée sont externalisées et 0,70% lorsque les prestations sont réalisées par un service interne de sécurité.

 

L’article 12 du projet de loi de finances rectificative mentionne une diminution de la taxe en deux étapes (2015 et 2016), qui se réalisera de la façon suivante : à compter du 1er janvier 2015, le taux sera de « 0,45% » pour les entreprises de sécurité privée (taxe sur le chiffre d'affaires), et de « 0,65 % » pour les services internes (taxes sur le montant des salaires). À compter du 1er janvier 2016, ces taux sont respectivement remplacés par les taux : « 0,4% » et « 0,6% ».

 

Une taxe essentielle.

La taxe CNAPS, mise en place depuis le 1er janvier 2012, est une taxe essentielle du secteur et qui a tout son intérêt quant à l’assainissement de celui-ci tant les dérives ont été nombreuses ces dernières années. Le CNAPS est l’organisme chargé de réguler le secteur et ses résultats sur le terrain font leurs preuves : en 2013, qui était la première année pleine de l'organisme, plus de 10 800 manquements ont été relevés, 6 800 agents de sécurité et 1 488 entreprises de sécurité ont été contrôlés.

Dès lors, comme le font remarquer les députés Eva Sas et Eric Alauzet (EELV) dans l’amendement déposé « La baisse du taux de cette contribution conduira à une diminution des moyens du Conseil national des activités privées de sécurité (CNAPS) qui est chargé de la police administrative, de la discipline et du conseil et de l'assistance aux personnes exerçant les activités privées de sécurité. La diminution de ces moyens mettra donc en péril la régulation et le contrôle de ces activités ».

Depuis la mise en place de cette taxe, j’ai pu ressentir lors des divers dossiers sur lesquels j’ai travaillé l'acceptation de cette taxe de la part des donneurs d’ordres, ces derniers étant plus réceptifs aux risques encourus dans le cadre de la mise en place de prestations de sécurité privée non conformes avec la législation.

Cette baisse, si elle était confirmée serait à mon sens, un signal dangereux envoyé au secteur qui pourrait nous faire penser que le secteur étant assaini, nous pouvons baisser la garde. C’est tout le contraire et il faudrait ne pas être sérieux pour pouvoir assainir un secteur qui compte près de 9 000 entreprises et 160 000 salariés en si peu de temps !

Si le secteur s’assainit, rien n’est encore gagné et ce n’est pas le moment de baisser la garde : il faut maintenir la vigilance sur les prestations, renforcer les contrôles terrain et continuer la pédagogie auprès des donneurs d’ordres.

09 novembre 2014

Prenons nos responsabilités !

J’ai été très étonné cette semaine d’apprendre par les médias que les pilotes grévistes d’Air France demandaient le paiement de leurs jours de grève, grève qui – s’il est nécessaire de le rappeler ! – a fait perdre près de 330 millions à la compagnie et paralyser en partie les déplacements de bon nombre de concitoyens. Et j’’imagine ne pas avoir été le seul à éprouver ce sentiment d’étonnement lié à ce qui n’est autre, qu’un fait divers.

Je ne vais pas revenir sur le fait de savoir si les pilotes d’Air France, considéré comme les enfants gâtés de l’entreprise, sont dans leur droit ou non, mais plutôt sur le sens des responsabilités de chacune et chacun d’entre nous

Les pilotes ont le droit de grève et bien que cela soit handicapant pour les usagers de la compagnie, tout à fait le droit de l’appliquer, comme d’ailleurs tout un chacun. Mais le droit d’être gréviste ne doit pas se transformer en droit d’irresponsabilité.

En effet, j’ai dû mal à imaginer que les pilotes grévistes pensaient, la veille de leur grève, durant leur grève et à l’issue de cette grève, percevoir le même salaire que sur un mois que je qualifierai de pleinement travaillé. Cela est à mon sens complètement irréel et irresponsable !

Cette anecdote liée à ce fait divers m’amène réellement à me demander si certains de nos concitoyens sont responsables dans leurs actes et si réellement ils prennent leurs responsabilités. J’en doute énormément et cette histoire me conforte, malheureusement, dans ce choix. La prise de responsabilités, collective et individuelle est néanmoins nécessaire quant à la situation actuelle de notre pays. Ce type de comportement, au sein d’une entreprise française de premier plan donne une image fort appréciable, tant en France qu’à l’étranger.

Tout cela est bien dommage, car c’est en étant responsable et en prenant nos responsabilités que, collectivement, nous nous en sortirons...

18 octobre 2014

Mes France.

Je les avais cochés sur mon calendrier depuis plus d’un an. L’année passée, j’étais passé tout près, loupant la qualification pour 34 misérables secondes. Alors, passé cette déception, j’ai dû retravailler pour être sûr de me qualifier au prochain coup. Ce fut chose faite en avril dernier à Londres. De peu : 26 secondes.

Le moment tant attendu allait arriver. Ce serait le dimanche 12 octobre 2014, à Metz : les championnats de France de marathon. Ce moment, j’y ai beaucoup pensé avant le week-end dernier, en me posant tout un tas de questions. Comment est le parcours ? Quel temps fera-t-il à cette période à Metz ? Combien y aura-t-il de participants ? Ces questions sont toujours les mêmes avant chaque marathon. Mais trouver les réponses pour ce marathon était plus complexe : tous les marathons que j’avais courus jusque-là étaient de grands marathons rassemblant entre 35 000 et 40 000 participants. Il était facile de trouver les réponses en parcourant les nombreux forums sur Internet. Mais pour le marathon de Metz dont c’était dimanche dernier la 5ème édition, l’exercice était plus ardu…

Retour sur mes premiers championnats de France de marathon.

Arrivé à Metz le vendredi en milieu de journée. J’aime bien arriver à minima deux jours avant un marathon. Au programme du vendredi après-midi, après un risotto dans le centre-ville : promenade en ville, visite du centre Pompidou et repos. L’épreuve est dans deux jours et on sent que Metz se prépare à ce grand événement. Cela se sent et se voit. Les barrières des services techniques de la ville alignées à chaque coin de rue sont prêtes à être déployées. Sur la chaussée, la fameuse ligne qui trace le parcours du marathon. Le marathon dans une ville c’est comme lorsque le Tour de France est de passage, c’est une fête populaire.

Le repas du vendredi soir précédent une course, est le repas le plus important. Pâtes obligatoires. Coup de chance, mon hôtel propose un menu spécial pâtes avec choix de pâtes et sauce. Parfait. Mais quelle sauce choisir ? Je pencherai bien pour la sauce au gorgonzola, pesto ou carbonara. Mais est-ce raisonnable ? Finalement, j’opte pour une sauce tomate basique… avec du parmesan (désolé, je n’ai pu résister !)

Samedi en fin de matinée, retrait du dossard sur la place de la République. Je porterai le numéro 62. Le numéro de dossard correspond au classement des temps de qualification. La météo devrait être bonne, la pluie n’est prévue que pour le dimanche vers 15h00. Je décide de faire une petite reconnaissance de l’arrivée du départ ainsi que de l’endroit où je déposerai mes affaires, histoire de ne pas être perdu le lendemain... Les techniciens sont à l’œuvre : montage des tentes et gonflage des arches, installation des barrières. Ca approche !

Niveau déjeuner, petit restaurant place Saint-Louis. Une salade saumon grillé et légumes marinés, accompagné du journal local, le Républicain Lorrain. Bob Tahri, que l’on ne présente plus et qui remportera ces championnats, y donne une interview en expliquant le parcours avec les pièges à éviter. Je la lis quatre ou cinq fois pour me rassurer ! Puis retour à l’hôtel pour reposer les guiboles devant le match Stade Français Vs Racing Métro 92.

En fin de journée, vers 17h00, dernier petit footing d’avant course avec Mohammed et Patrizia. Mohammed court en V2 et vise le titre, qu’il obtiendra avec en prime le record de France ! Je le harcèle de questions, j’ai besoin de me rassurer. C’est tout bête mais c’est comme si c’était mon premier marathon… alors que c’est mon sixième !

Un diner rapide, des pâtes sauce tomates et asperges, puis au lit. Je regarde le match France Vs Portugal puis au lit. Ma tenue de course est prête, ma ceinture avec mes quatre gels et le dossard est accroché. Le réveil est programmé pour 5h00. La course est à 9h00.

Dimanche matin, petit déjeuner normal, on ne change pas les habitudes : fromage blanc et muesli, banane, tartines de pain beurré et café. Retour dans ma chambre, il est aux alentours de 6h00. Je me marque sur un sparadrap mes temps de passage et me le colle sur le bras. Ça me rassure de les avoir. Puis je me repose en regardant les infos sur BFM TV. Un thé et une dernière barre aux céréales aux alentours de 7h30 puis décollage vers 8h00. Je veux arriver tôt, quitte à attendre. Je veux avoir le temps de me préparer.

8h30 : je dépose mes affaires aux vestiaires, je ne garde qu’une polaire que je jetterai quelques minutes avant le départ de la course. Je m’échauffe, ma bouteille de Powerade, parfum Tempête glaciaire (toujours la même !) à la main : quelques éducatifs, un petit footing, quelques accélérations et montées d’escalier puis je rejoins mon sas de départ. J’aperçois Mohammed quelques mètres devant dans le sas élites. Je me positionne à l’avant de mon sas. Toujours la bouteille de Powerade (vide) à la main. En cas de besoin. Ce sera le cas par deux fois.

9h00 : top départ !

Ça y est c’est parti pour 42,195Km. Je dois tourner à 3’50 ‘’/Km afin de terminer dans le temps fixé : 2:41:44. Les premiers kilomètres sont en ville, pas mal de virages, pas mal de pavés. Difficile de garder un rythme précis. Très vite des petits groupes de quelques coureurs se forment puis se déforment, chacun adaptant son allure.

Au niveau du Km4 je me retrouve avec un coureur.  « Tu cours en combien ? » me demande-t-il. « Je vise 2h41 soit 3’50’’ au kilo. Et toi ? ». « 2h36/38 ». Je me rends alors acompte que je suis trop rapide, je décélère un peu pour revenir sur mon rythme.

J’aperçois Patrizia au niveau du Km9 qui m’encourage. Ca me booste. A la sortie de la ville, je suis tout seul. Nous devons être au niveau du Km10/11 et j’ai un groupe de quelques coureurs en visu devant et un groupe de coureurs derrière. J’ai peur de payer plus tard le fait de rester seul. Je fais quoi ? J’accélère pour les rattraper au risque de perdre du jus où je me laisse rattraper par les coureurs de derrière ? Finalement, aucun des deux. Je suis bien, les jambes sont là alors je fais ma course. Quelques petites montées/descentes, le parcours n’est pas complètement plat, j’arrive au niveau du Km15 et prend mon 1er gel. Je suis bien, dans les temps.

Peu de temps avant le Km20, je me fais rattraper par un V2 qui concourt pour le championnat puis nous en rattrapons un troisième. Un petit groupe de trois, c’est pas mal. Je pose la question. « Vous voulez tourner en combien les gars ? ». Je remarque que mon V2 n’a pas de montre. Celui-ci me répond du style « Je ne sais pas, je verrai ». Je me dis que ce type est une poire. Tu ne viens pas aux championnats de France sans montre en disant Je ne sais pas, je verrai. Dans ce cas-là, il n’avait qu’à courir avec une paire de Stan Smith pendant qu’on y est ! Quant au deuxième, il me dit qu’il vient de Nouvelle-Calédonie et que là-bas vu la chaleur il est difficile de courir plus d’une heure. De plus, il s’amuse à taper dans les mains des spectateurs…

Au semi, je passe en 1:20:11. Au poil.

Ce qui devait arriver arriva. Le V2 lâche au niveau du Km25 et le Néo-calédonien lâche un kilomètre plus tard. Merde alors, je me retrouve encore seul ! Je prends mon 2ème gel au et continue sur mon rythme. RAS.

Au niveau du Km30, à proximité de la base aérienne de Metz-Frescaty, le parcours va se durcir. Je m’en souviens c’était dans l’interview de Bob Tahri dans le Républicain Lorrain ! J’essaie de ne pas y penser. Je ne pense qu’à une chose : le temps au kilomètre : 3’50’’.

Je maintiens l’allure. Je vais arriver dans les temps. Km35, 3ème gel. Toujours seul, mais je rattrape des coureurs. A ce moment de la course je pense que chacun court seul, voire à deux. Pas plus. Je rattrape deux coureurs, un regard, pas plus. Ca encourage au bord de la route, on sent que l’arrivée est proche. Mais le long de la Moselle canalisée, la route monte (ca aussi c’était dans l’interview !).

Au niveau du Km37/38, encore un concurrent de rattrapé. Je ne le sens pas en forme. Je lui dis de s’accrocher. Je prends de l’avance. Il ne suit pas.

Km39, virage sur la droite, j’aperçois de l’eau, des bateaux. C’est le canal. La route s’élève, je tire un peu la grimace. Je sens qu’un coureur est devant, quelques centaines de mètres. J’entends les applaudissements et les encouragements. Il faut que je le rattrape !

Km40, on est toujours bon dans les temps, même s’il est un peu plus compliqué de maintenir le 3’50’’ au kilomètre. Je prends mon 4ème et dernier gel. Le gel de secours !

Km41, je le vois droit devant, je ne peux pas le laisser terminer devant moi, il faut que je le rattrape. Je suis allé reconnaître l’arrivée. Je sais comment se termine le marathon.

Au fur et à mesure que l’arrivée se profile, les encouragements sont de plus en plus nombreux. Les gens crient la distance restant à parcourir sur le bord de la route, ma proie est là quelques dizaines de mètres.

Je passe le Km42, les 195 derniers mètres sont barrièrés, voilà c’est maintenant qu’il faut attaquer ! Je me décale sur la droite, et accélère. Petit coup d’œil à gauche, il ne revient pas. Je ne lâche rien et fini en sprint, je donne tout !

La ligne est franchie en 2:41:32. L’objectif est accompli.

Je termine ces championnats de France en me classant 25ème au général, 12ème de la catégorie SEH. En poussant encore dans le détail, je fini 5ème de l’Ile-de-France, 1er de la catégorie SEH, et enfin 1er de Paris.

J’ai aimé cette course. Un marathon où pour la première fois, en plus d’être mon premier marathon en France, je me suis battu pour un chrono, pour une place, pour un club.

21:24 Publié dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : championnats de france, marathon, course, envie, motivation | |  Facebook