10 novembre 2013

Sacrés Français !

Aujourd’hui, le Journal du Dimanche a publié un sondage IFOP, dans lequel 64% des français interrogés se déclaraient hostiles à l’effort d’économies budgétaires décidées par le gouvernement pour 2014. Le  montant de ces économies, estimées à 15 milliards d’euros risque, selon eux, de détériorer les services publics et freiner la reprise économique.

Les Français interrogés proposent, pour réduire la dépense de l’Etat, de réaliser des économies dans les secteurs suivant : l’armée (33%), les aides versées aux chômeurs (24%), l’environnement (20%). De plus, afin de réduire les dépenses publiques, 62% des personnes interrogées se déclarent favorable à une fusion ou un regroupement entre les départements & les régions, -en gros, à réduire ce que l’on appelle le « millefeuille territorial », & pour 87% d’entre eux, à une diminution du nombre de députés.

En lisant cela je me suis rappelé d’un sondage & d’un référendum qui ont eu lieu l’an dernier. Non pas que je me souvienne aisément des tous les sondages –et plus rarement référendum- qui sortent toutes les semaines, mais ceux-là m’ont marqués. Ce sondage & ce référendum traitaient de la Défense & de la fusion de collectivités.

Bien sur, comme on peut aisément s’en douter, ils exprimaient l’inverse de ce qu’exprime le sondage paru ce jour…

Retour en deux paragraphes.

Tout d’abord, en janvier dernier, à l’occasion du déclenchement des opérations militaires au Sahel, plus de deux Français sur trois soutenaient les opérations menées au Mali. De plus, le sondage nous donnaient les enseignements suivant concernant le budget de la Défense : 66 % des sondés estiment qu'il faut maintenir ou augmenter celui de la Défense. En novembre 2011, ils étaient 65 % à penser exactement le contraire. Enfin, 63% des Français estimaient également que la France devait rester une grande puissance militaire et diplomatique dans le monde et ne pas affaiblir son outil militaire.

Ensuite, en avril dernier. Le dimanche 7 avril à lieu un référendum en Alsace, proposant la fusion du conseil régional d'Alsace avec les deux conseils généraux du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. Cette question de millefeuille territorial, l’ensemble des Français interrogés dans tous les sondages possibles & inimaginables est d’accord : il faut le réduire. Mais lorsqu’il s’agit de se déplacer pour aller voter, il n’y a plus personne : la participation a été de 36 % dans le Bas-Rhin, et de 37 % dans le Haut-Rhin…bien peu pour faire passer le projet : il fallait que les votes positifs représentent plus de la moitié des suffrages et au moins 25 % des électeurs inscrits dans chacun des départements.

Ces deux exemples, peut-être pas totalement représentatif des l’ensemble de la population, nous démontrent, en cette période d’incertitude une inconstance dans les choix de nos concitoyens : volonté de faire un pas en avant puis volonté de faire un pas en arrière. Bref, on n’est pas prêt d’avancer !

20:01 Publié dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : sondage, collectivités locales, ifop, défense, jdd, français | |  Facebook

Commentaires

Et oui. Les Français devraient prendre un peu de hauteur face au déferlement médiatique qui ne s'intéresse qu'au court terme, et dont ils sont victimes consentantes. On gouverne à coup de sondages et d'émotion. Donc on gouverne mal. C'est particulièrement vrai au niveau central, où seul Bercy fait la loi, avec une logique court-termiste affligeante, et détruit l'Etat. Ce ne l'est pas encore au niveau territorial. Mais pour combien de temps ? Lorsque les élus locaux auront abandonné, découragés à leur tour, alors, les infrastructures, l'éducation, la défense nationale, seront en capilotade. Il n'y aura plus de pays, seulement l'anarchie. Et la loi des plus forts.

Écrit par : Philippe LAURENT | 10 novembre 2013

Toutes les contradictions de la société française en quelques lignes très claires!

Écrit par : Xavier | 12 novembre 2013

Écrire un commentaire